Documents

 

A ne pas manquer: « Mes souvenirs » par Henri Guertin (Frère Corentin, F.I.C.), publié en 1985. La première partie du livre raconte ses souvenirs d’enfance, ce qui nous donne une bonne idée comment vivait la famille Guertin au début du 20 ième siècle.

Télécharger “Les souvenirs d'Henri Guertin, F.I.C. (1985)” arch-guertin.pdf – Téléchargé 106 fois – 1 MB

 

Ceux qui sont intéressés à la généalogie aimeront sûrement mon livre, « Les Douville et les Samson: une histoire de famille ». On peut le lire ci-bas, en télécharger une copie en cliquant sur le bouton, ou acheter le livre (avec couverture dure) en suivant ce lien:  les Douville et les Samson, 2ième edition.

Download the PDF file .

 

Télécharger “Les Douville et les Samson: une histoire de famille” Douville-et-Samson-rev-avec-sources-web-version.pdf – Téléchargé 74 fois – 2 MB

 Posted by at 16 h 38 min

  17 Responses to “Documents”

  1. Wow! J’ai juste feuilleté les premières pages des mémoires de l’oncle Henri et je sens que je vais me régaler. Où as-tu déniché ça???

    Il ne semble pas parler de ses visites chez grand-papa et grand-maman à Saint-Casimir. Il nous avait donné de « jolis » surnoms à Nicole et à moi : la « petite atoca » et la « grosse atoca ». Devinez qui était qui?… Il se faisait aussi un malin plaisir à nous faire des « pincettes en débicordette » sur les bras. Je n’ai jamais su ce que voulait dire débicordette, mais ça pinçait en tit-péché!

    • C’est incroyable tout ce M. Google peut nous trouver! J’ai simplement mis le nom de « Henri Guertin » sur Google, et j’ai trouvé cela sur le site des Frères de l’Instruction Chrétienne (dans leurs archives). Moi aussi je trouve la lecture de ce document fascinant.

    • C’est qu’il ne parle pas beaucoup de Marie et Philias, mais j’ai trouvé très spécial ce qu’il raconte à la page 16:
      «Lors de la construction des chemins de fer à St-Casimir, vers les années 1907-1910, mes parents acceptèrent de prendre une dizaine de pensionnaires. Il y en a trois parmi eux dont je me rappelle les noms pour différentes raisons :
      Un Monsieur Alphonse Messier qui devint le cavalier de ma soeur Marie. Il demeurait à Montréal, au Mile End, plus précisément. En 1909, ce jeune homme retourna chez lui. Et en 1910, ma soeur monta à Montréal revoir son amant. Elle revint le lendemain soir et nous sommes allés à la gare de St-Casimir, au cours de la soirée. Je m‟en souviens d‟autant plus que c‟est ce même soir que mes parents nous ont fait remarquer la comète de Halley dans le ciel.
      Ce voyage de Marie mettait fin aux correspondances avec son ami. Plus tard, j‟eus en classe le fils de ce monsieur Messier, Jean-Jacques. Par lui, j‟invitai son père à venir me rencontrer et nous avons causé longuement au sujet de Marie et de Saint-Casimir.»

      Mais il n’en dit pas plus et il ne fait aucune mention du mariage de Marie avec Philias.

    • Permettez à quelqu’un qui n’est pas de votre famille d’ajouter son grain de sel à la conversation. Le récit des souvenirs du Frère Corentin m’a vivement intéressée. Il y mentionne par deux fois le nom de mon père, Marcel Laflamme, un de ses brillants élèves, dit-il. Je me souviens d’avoir souvent entendu le nom du frère Corentin à la maison et mon père parlait avec beaucoup de fierté de son passage à l’école supérieure Saint-Stanislas. Il appréciait l’instruction qu’il y avait reçue et le dévouement des frères. Marcel Laflamme est malheureusement décédé en 1990, il aurait aimé lire ce document. Merci de l’avoir mis en ligne.

      Cordialement,

      Denise Laflamme Tellier

      • Bienvenue! Hors les membres de la famille, vous etes la premiere personne a laisser un message. Je suis contente que vous nous ayez trouvés mais je suis un peu curieuse de savoir ce qui vous a amené sur ce site???

        • Eh bien, comme on fait souvent sur internet ! Je m’attardais sur le site de la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal et j’y ai trouvé mention de l’ESSS fréquentée par mon père. De là j’ai googlé ce nom, puis celui des FIC, puis celui du frère Corentin dont le nom m’avait frappé jadis — je le croyais Breton — et voilà. En cherchant dans ses mémoires vers les années 30, j’ai vu apparaître le nom de Marcel. Depuis j’ai trouvé que le frère Corentin avait aussi enseigné à mon père à l’école de la Mennais. J’ai une photo de la classe avec le frère. Je crois qu’ils se sont revus à une réunion d’anciens ; il faudrait que je regarde dans mes archives pour trouver cette photo. Si cela vous intéresse, faites-moi signe.

          Denise Laflamme Tellier

          • Comme je l’ai dit plus haut, c’est incroyable tout ce que M. Google nous trouve!

            La principale raison pour laquelle on a dévelopé ce site, c’est pour partager nos photos de famille. Alors, si vous trouvez cette photo de l’oncle Henri, il nous ferait vraiment plaisir d’en avoir une copie (vous pouvez l’attacher avec un message sur la page « contact »). Merci à l’avance!

  2. merci Louise pour ton ouvrage (merci aussi Jocelyne pour ta contribution). J’en ai bien apprécié la lecture . Je joins deux liens
    http://www.biographi.ca/fr/bio/dagneau_douville_alexandre_4F.html
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Douville_(enseigne)
    afin d’en apprendre un peu plus sur Alexandre Dagneau Douville de qui notre nom de famille Moran a fini par disparaître, lorsque notre ancêtre Alexis a commencé par se l’accaparer.

  3. À propos de l’article dans L’Echo de Portneuf, tu voulais te lancer dans une carrière journalistique? Tu avais une belle plume!